Temps glaciaires, de Fred Vargas

Il y a des livres comme ça, auxquels on ne penserait jamais, mais que le hasard se met sur votre chemin. En l’occurrence, pour celui-ci, le hasard s’appelle ma mère, qui me l’a transmis 😉

En version courte
Alice Gauthier est retrouvée morte dans sa baignoire un beau matin. Le commissaire Bourlin chargé de l’affaire déduit en 1er lieu à un suicide, mais suite à la découverte d’un signe étrange, il revient sur ses pas et fait appel à l’expertise de son collègue le commissaire Adamsberg. C’est alors qu’ils découvrent ensemble qu’il s’agit effectivement de bien plus que d’un suicide. L’enquête les emmènera en Islande et dans une société d’admiration de Robespierre, et jouera beaucoup avec leurs nerfs.

Ce que j’en ai pensé
Je ne suis pas très roman policier, mais j’en lis de plus en plus, et ma mère avait l’air plutôt très enthousiaste. Bien m’en a pris, j’ai dévoré le bouquin.
Je trouve de plus en plus que les romans policiers se ressemblent beaucoup, mais je me dis que c’est le genre qui veut ça. Là encore, on retrouve une scène assez simple à analyser, qui en fait cache un détail qui change tout et qui nécessite l’avis d’un expert extérieur. Les indices se suivent et emmènent l’équipe dans des tréfonds de surprises et de jugements, jusque là rien de bien surprenant.
J’ai quand même apprécié un certain nombre de détails dans ce roman. Tout d’abord, l’histoire double qui invite à enquêter tant en Islande, dans une île perdue, qu’au sein d’une société centrée sur Robespierre. J’ai beaucoup aimé découvrir ces deux sujets, sur lesquels je ne connais pas grand chose, et cela m’a un peu rappelé l’écriture de Dan Brown, où il est nécessaire de se plonger dans l’histoire pour faire avancer le présent. J’ai également beaucoup apprécié la richesse des personnages de l’équipe du commissaire Adamsberg, qui ont chacun de nombreuses tares, mais un gros point positif qui leur permet de rester dans l’équipe. Grâce aux descriptions de cette équipe, on est plongé dans la vie du commissariat, ce qui n’est pas tout le temps le cas dans les romans policiers, ce que je trouve dommage.
Je rajoute évidemment que n’est pas Fred Vargas qui veut, et que c’est avec plaisir que j’ai retrouvé l’auteur de Pars vite et reviens tard. J’ai trouvé ce roman excellent, je l’ai dévoré, et je le recommande à tout ceux qui aiment Fred Vargas ou les policiers !

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s