The best of me (VO), de Nicholas Sparks

best of meQui dit été, dit “chick lit” et romans gnangnan qu’on dévore sur la plage. The Best of me ne déroge pas à la règle : recommandé par une amie, je me suis gentiment laissée emporter.

En version courte
Habitant Oriental, bourgade perdue au fin fond de la Caroline du Nord, Dawson et Amanda se rencontrent au lycée. Tout les sépare et pourtant, l’amour qui naît entre eux n’a pas de limite. C’est pourtant contraints qu’ils se séparent pour vivre chacun de leur côté. 25 plus tard, ils se retrouvent autour du décès d’un ami commun qui est bien décidé à leur faire partager un dernier moment ensemble.

Ce que j’en ai pensé
Je ne connaissais pas du tout Nicholas Sparks qui, toujours selon les dires de mon amie, a pourtant écrit un certain nombre de romans du même genre. J’ai beaucoup aimé sa plume : c’est simple, pas de tournures alambiquées, et c’est diablement addictif. Un roman parfait pour l’été, bourré de romantisme qui vous arrache les larmichettes à la fin.
Je dois avouer qu’au début, je ne m’attendais pas à grand chose : une histoire un peu facile, une belle fin à l’eau de rose… Mais en fait pas du tout : le récit est truffé de sous-histoires qui prennent toute leur importance à la fin, et j’ai été complètement prise de court par le dénouement (bon, d’accord, je n’arrive jamais à deviner les fins), qui au final donne toute sa signification au titre.
J’ai adoré le fait de retrouver une histoire d’amour entre deux personnes qui n’ont absolument rien en commun, plus proche de La belle et le Clochard que de Twilight, mais aussi l’idée qu’on est vraiment au fin fond des Etats-Unis (jamais je ne saurai correctement placer la Caroline du Nord sur une carte) et que ça donne un certain charme à l’histoire. Contrairement aux éternels romans où tout est beau, ici les personnages affrontent de réelles difficultés, tout en restant complètement plausibles. Ils sont justes.Amanda est mariée, mais rencontre des difficultés, et hésite beaucoup. Dawson quant à lui est un célibataire endurci qui travaille sur une plateforme pétrolière, subissant de pleins fouets les risques de ce métier.
Cependant, on retrouve quand même quelques touches de romantisme ça et là, mais point trop n’en faut. Je pense que c’est justement ce qui m’a plu dans ce roman : le dosage est juste. Il y a de tout, mais dans des quantités précises et suffisantes qui font qu’on ne tombe pas dans le pathos ou dans le cucul-la-praline (pardon pour l’expression).
J’ai donc été au final assez agréablement surprise. Après, je vous accorde que ça ne casse pas des briques, mais c’est très bien pour lire sur la plage ou au bord de la piscine !

Advertisements

3 thoughts on “The best of me (VO), de Nicholas Sparks

  1. J’aime énormément les films à l’eau de rose inspirés des livres de Nicholas Sparks et ça fait un moment que je veux découvrir les romans, donc c’est amusant de tomber aujourd’hui sur ton article ! Ravie de savoir que celui là est chouette et en plus j’ai encore le film à regarder ! 😉

    Like

    • Je suis limite tentée de le regarder, il y a quand même James Marsden au programme. Mais Amanda est censée être blonde, et sur l’affiche elle est brune, ça m’a coupé dans mon élan 😉 Tu me diras si tu le reardes.

      Liked by 1 person

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s