Lignes de vie, de Graham Joyce

Ce roman m’a été chaudement recommandé par mon amie blogueuse de La tête dans les livres qui connaît assez bien mes goûts littéraires. Encore une fois, elle ne s’est pas trompée 😉

En version courtejoyce
En Angleterre, à Coventry, pendant la Seconde Guerre Mondiale, on suit la vie d’une famille de sept filles et leur mère, en s’attardant plus particulièrement sur le destin de la plus jeune soeur, Cassie, et de son fils nouveau-né Frank, qui sont confrontés à des phénomènes étranges.

Ce que j’en ai pensé
C’est armée d’une confiance totale dans les goûts de mon amie que j’ai entamée ce livre, et que je n’en ai pas décollé avant de l’avoir fini (je l’emmenais même à la salle de sport, c’est dire ! ).
L’auteur plante rapidement le décor de la ville de Coventry, et sa banlieue, tels qu’on imagine qu’elles étaient pendant le conflit : grâce aux descriptions très détaillées des lieux, on est littéralement transporté dans le récit. Il est par contre plus difficile de suivre les méandres qui composent cette famille atypique : les sept sœurs ont des personnalités différentes, vivent ensemble ou avec leurs conjoints, ont des enfants ou pas, j’ai eu quelques difficultés à comprendre qui était qui dans cette famille.
Les premiers chapitres sont donc ardus, mais au final, on est rattrapé par l’histoire, et l’auteur nous emmène avec lui : c’est avec plaisir qu’on voyage avec Cassie et Frank et que l’on suit leurs péripéties, leurs peurs et leurs joies.
Personnellement, c’est pour la mère Martha et la sœur de Cassie, Beatie, que mon cœur a penché. J’ai trouvé le personnage de Martha très attachant en matriarche esseulée, s’efforçant de maintenir la vie de sa famille et de ses sept filles dans le bon chemin. Le personnage de Beatie m’a quand à lui plu dans sa “rébellion”. Véritable électron libre allant à l’encontre de tout ce qu’on lui demande et suivant sa ligne de vie sans tenir compte des avis de ses sœurs, j’ai apprécié son courage.
La richesse de ce roman réside dans la multiplicité des personnages, où chacun peut se retrouver, autour d’une histoire commune, celle des premières années de Frank, sans oublier les rebondissements fantastiques, qui apportent une dimension supplémentaire au roman.
En résumé, tout ce que j’aime dans un roman, qui se lit très facilement, et que je recommande à toute personne aimant le fantastique, l’Angleterre et les romans historiques.

Pour découvrir l’article de mon amie sur le  roman, c’est par ici.

Advertisements

2 thoughts on “Lignes de vie, de Graham Joyce

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s